Menu

 

     L'origine des fruitières remonte à des temps anciens. Certains parlent du XIIème siècle, d'autres du XIVème siècle.

     Les fruitières sont nées du besoin des agriculteurs de conserver et « reporter » le lait récolté plus abondamment l'été pour pouvoir le consommer l'hiver après sa transformation, en beurre ou en fromage. Les sous-produits de transformation du lait, le petit lait et le babeur sont consommés par les porcs.
     Les techniques de fabrication de ces produits seraient d'origine Suisse et de Franche Comté. Le fromage apprécié par sa conservation surtout et par ses qualités gustatives a très vite connu une diffusion nationale.
     En effet, l'émigration des Savoyards vers Lyon, Paris, et d'autres grandes villes a fait que ces fromages ont été très vite réclamés par les consommateurs. On a vu naître ainsi des négoces de fromage. Le développement de la production laitière, l'arrivée de la mécanisation, l'évolution des techniques ont progressivement remis en cause les structures des producteurs de lait et de fromage. Ainsi le portage et le coulage du lait qui étaient assurés chaque jour par les agriculteurs sont maintenant remplacés par des installations de refroidissement du lait à la ferme et un ramassage quotidien par camion citerne. (EXTRAITS DE RÉALITÉS DES PAYS DE SAVOIE)
 

LA FRUITIERE DE SAINT OFFENGE

     Elle date de 1897 et s'est adaptée au fil des années aux évolutions technologiques.
     Le regroupement des moyens a été assuré sur Saint Offenge Dessous en :
      - 1968 lors de la fusion avec la fruitière de Saint Offenge Dessus  qui datait du tout début du XXème siècle
      - 1981 lors de la fusion avec la fruitière du Montcel
 
     La coopérative de Saint Offenge
      - regroupe 13 producteurs de lait sur les trois communes
      - collecte 2.200.000 litres de lait
      - transforme et vend une partie de la production locale de lait en emmental, tommes, beurre…
     Propriétaire des locaux et installations, la coopérative de Saint Offenge a développé un programme d'investissement pour se mettre en conformité avec les normes sanitaires européennes en février 1999.